Parution : N. F. May, Zwischen fürstlicher Repräsentation und adliger Statuspolitik

Zwischen

Niels Fabian May vient de publier Zwischen fürstlicher Repräsentation und adliger Statuspolitik. Das Kongresszeremoniell bei den westfälischen Friedensverhandlungen, Ostfoldern, Thorbecke, 2016.

« Entre 1643 et 1648, les émissaires de presque toutes les principautés européennes se retrouvèrent à Münster et Osnabrück pour mettre un terme à la guerre de Trente Ans. Les négociations de paix furent souvent retardées par les nombreuses querelles de rang. Les représentants débattirent avec beaucoup d’énergie de la place qui leur était réservée dans le cérémonial, ce qui conduisit dès le XVIIIe siècle à interpréter ce congrès comme un moment clé dans le développement du cérémonial diplomatique. La présente étude analyse ces querelles de rang et montre comment le cérémonial diplomatique des Temps modernes s’est formé dans une tension entre politique de représentation princière et politique de statut nobiliaire.

La superposition de différents principes hiérarchiques et l’indécision quant à l’usage des titres honorifiques permirent tant aux princes qu’à leurs représentants d’instrumentaliser les querelles de cérémonial au profit de leur propre politique de statut. Dans le développement du cérémonial, des catégories comme l’ordre de préséance entre les rois et la reconnaissance de la souveraineté furent certes décisives ; mais la question du statut des émissaires joua aussi un rôle primordial. Le cérémonial du congrès apparaît alors comme le résultat d’une interaction complexe de processus de négociations pour les titres et les statuts, impliquant les acteurs du traité et les princes qu’ils représentaient. »

Vous trouverez ici la table des matières, une partie de l’introduction et l’index.

Parution : I. Félicité, Négocier pour exister

Negocierpourexister

Indravati Félicité vient de publier Négocier pour exister. Les villes et les duchés du nord de l’Empire face à la France, 1650-1730, Berlin/Boston, De Gruyter Oldenbourg, 2016.

« Les relations franco-allemandes de l’époque de Louis XIV ont souvent été étudiées à travers le prisme de la rivalité entre une monarchie centralisatrice et un Empire divisé. S’il est vrai que la diplomatie de la France a modifié certains équilibres politiques dans l’Empire, celle des Reichsstände est elle aussi riche en enseignements sur le fonctionnement interne du Saint-Empire, sur sa place dans l’Europe de la première modernité, et sur le rôle structurant que joue la politique étrangère dans le devenir des petites puissances. Cet ouvrage propose de suivre les efforts qu’ont déployés entre 1650 et 1730 les villes hanséatiques de Lübeck, Brême et Hambourg ainsi que les duchés de Gottorp et de Mecklembourg-Schwerin afin d’exister face à la France et dans le concert des États européens. L’influence de leur activité diplomatique sur leur survie met en lumière le lien entre affaires étrangères et existence politique. Les décideurs et les porteurs de cette politique étrangère impliqués dans cette relation dissymétrique entre »le plus grand roi du monde« et les villes et duchés du Nord sont présentés dans leur vie quotidienne. Les rouages de la prise de décision, les traditions comme celle de la Hanse, sont gages à la fois de modernisation et de survie. L’ancrage des diplomates dans une Europe divisée par les guerres mais aussi cosmopolite et avide de paix se lit dans leurs réseaux: république des lettres, réseaux marchands. Leur place dans la société pose enfin la question de leur identité. »

Vous trouverez ici la table des matières de l’ouvrage.

Séminaire : « Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales »

Le séminaire de Stéphane Péquignot sur les « sources et [les] méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale » reprend à l’EPHE pour 2016-2017. Trois thèmes seront successivement envisagés cette année :

1. Archives et diplomatie à la fin du Moyen Âge (Introduction générale et études de cas ibériques) ;
2. Les ambassadeurs des rois d’Aragon en France (XIIIe-XVe siècles)

Pour ces deux premières parties, les séances auront lieu le mercredi, toutes les deux semaines, de 11 heures à 13 heures, en Sorbonne, salle H 627, escalier U, 4e étage. La première séance aura lieu mercredi 26 octobre.

3. Nouvelles recherches sur le royaume de Majorque durant le premier tiers du XIVe siècle.

Les séances consacrées à ce dernier thème se dérouleront le jeudi, toutes les deux semaines, de 14 heures à 16 heures, en Sorbonne, salle H 646, escalier U, 4e étage. Première séance : jeudi 27 octobre.

Ce séminaire est ouvert à tous.

Contact : stephane.pequignot [@] ephe.sorbonne.fr
Le calendrier du séminaire est disponible ici

Parution : J. C. Speeckaert, Dominique de Lesseps

couverture

Jean-Charles Speeckaert vient de publier Dominique de Lesseps. Un diplomate français à Bruxelles au temps du renversement des alliances (1752-1765), Bruxelles, Éditions de l’Académie royale de Belgique, 2016 (préface de Hervé Hasquin).

« En 1752, Dominique de Lesseps est envoyé par Louis XV comme ministre chargé d’affaires à Bruxelles, dans les Pays-Bas autrichiens. À travers sa mission, ce sont les relations entre le royaume de France et son voisin du nord qui se laissent entrevoir à un moment essentiel de leur histoire. Lesseps arrive après la guerre de Succession d’Autriche, lorsque Marie-Thérèse, conseillée par le chancelier Kaunitz, amorce un rapprochement secret avec Louis XV. En 1756, un traité scelle l’alliance sans précédent de ces ennemis héréditaires, les Habsbourg et les Bourbons. Cette révolution diplomatique est marquée par un conflit mondial et meurtrier : la guerre de Sept ans (1756-1763).

Dans ce contexte délicat, ce livre retrace l’action du ministre de France à la Cour du gouverneur Charles de Lorraine. »

Séminaire : « Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales »

Le séminaire à l’EPHE de Stéphane Péquignot sur les « sources et les méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale » aura lieu cette année le mercredi de 11 heures à 13 heures et le jeudi de 14 heures à 16 heures, toutes les deux semaines, en Sorbonne. Il se déroulera le mercredi en salle H 627, le jeudi en salle H 646. Ces deux salles se situent au quatrième étage, et sont accessibles par l’escalier U, depuis la galerie Claude Bernard.
Dans la première partie du séminaire, « Introduction aux diplomaties médiévales », seront analysés sur pièces des journaux d’ambassade relatifs à des missions effectuées en Occident, aux XIVe-XVe siècles.
Prochaines séances du mercredi (11 heures – 13 heures, Sorbonne, salle H 627) : 4 novembre, 25 novembre, 16 décembre, 13 janvier, 27 janvier, 10 février, 9 mars, 23 mars, 6 avril, 20 avril, 18 mai, 1er juin, 15 juin.

Les séminaires du jeudi seront consacrés à l’étude des ambassadeurs des rois d’Aragon en France du XIIIe siècle au XVe siècle, avec une attention particulière aux lettres rédigées en cours de mission.
Prochaines séances du jeudi (14 heures – 16 heures, Sorbonne, salle H 646) : 5 novembre, 17 décembre, 14 janvier, 28 janvier, 11 février, 10 mars, 24 mars, 7 avril, 21 avril, 19 mai, 2 juin, 16 juin.
Ce séminaire est ouvert à tous.
Contact : stephane.pequignot [@] ephe.sorbonne.fr

Conférence : Vladimir Chichkine à Reims le 19 octobre

À l’occasion de la sortie prochaine, aux Éditions Droz, d’un ouvrage consacré au cardinal de Lorraine (fondateur de l’Université de Reims) sous la direction de Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif, le Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC-EA 2616) et le Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) organisent une conférence de Vladimir Chichkine, de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg, sur « Les relations entre la cour de France et les princes allemands pendant les guerres de Religion, d’après les archives conservées à Saint-Pétersbourg ».

Le Professeur Vladimir Chichkine est un spécialiste de l’histoire politique et sociale de la France des xvie et xviie siècles, et tout particulièrement de l’apport des sources épistolaires. Bon connaisseur des collections Dubrovsky et Lamoignon-Stroganoff, qui rassemblent à Saint-Pétersbourg et Moscou de nombreux documents d’archives en provenance de France, il incarne aujourd’hui l’apport de la recherche russe à l’histoire des guerres de Religion en France et en Europe.

La conférence sera suivie d’une discussion, avec la participation de Serge Brunet, Professeur d’Histoire moderne à l’Université
Paul-Valéry-Montpellier 3, qui mène actuellement des recherches dans les archives russes sur les affrontements religieux français.

Cette conférence aura lieu le lundi 19 octobre à 14h30, salle du Conseil, au 2ème étage du Bâtiment 17, sur le Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger à Reims (plan du campus).

Parution : S. Marzagalli (dir.), Les Consuls en Méditerranée

couverture Silvia Marzagalli vient de dirigier, Les Consuls en Méditerranée, agents d’information – XVIe-XXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2015.

« Cet ouvrage s’intéresse à la nature de l’information véhiculée par les consuls qui maillent l’espace méditerranéen, aux modalités de sa transmission, à la manière dont celle-ci contribue à «in-former» la réalité de leur temps, à ce qu’elle révèle de la relation entre le consul et ses destinataires. »

Vous trouverez la table des matières ici.

Parution : S. Andretta, S. Péquignot, J. C. Waquet (dir.), De l’ambassadeur

couvertureStefano Andretta, Stéphane Péquignot et Jean-Claude Waquet viennent de diriger, De l’ambassadeur : les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen âge au début du XIXe siècle, Rome, École française de Rome, 2015.

« Consacré aux écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier, ce livre suit au fil d’une vingtaine d’études le long et multiforme travail d’élaboration auquel la figure de l’ambassadeur et l’art de la négociation ont donné lieu, de la genèse de nouvelles formes d’organisation politique à la fin du Moyen Âge jusqu’à l’émergence de la profession diplomatique à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Certains des textes examinés, comme les traités de legatis ou le Guide de Martens, présentent une dimension théorique ou pédagogique. D’autres sont des écrits littéraires, des instruments juridiques ou des actes de la pratique où se lit, de façon plus ou moins incidente, une réflexion sur les envoyés diplomatiques et l’art qu’ils mettaient en œuvre. Qu’ils aient été composés pour accréditer une fonction, défendre des privilèges, forger des modèles de comportement ou transmettre à de futurs praticiens les leçons de l’expérience, ces textes montrent comment, des docteurs médiévaux aux professeurs du XIXe siècle, en passant par les humanistes et les négociateurs du Grand Siècle, la figure de l’ambassadeur et les règles de son art ont été sans cesse construites et reconstruites. Aussi, à travers l’étude de ce vaste corpus, ce livre invite à un parcours dans les savoirs de la diplomatie, de l’ambaxiator médiéval aux lendemains du Congrès de Vienne. »

Vous trouverez l’introduction ici et la table des matières ici.

Parution M. Brétéché, Les compagnons de Mercure

couverture
Marion Brétéché vient de publier sa thèse sous le titre suivant : Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

« Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression. « Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression.

Le sommaire sur le site de l’éditeur.

La recension du Luc Daireaux sur les clionautes