Tous les articles par Matthieu Gellard

Parution M. Brétéché, Les compagnons de Mercure

couverture
Marion Brétéché vient de publier sa thèse sous le titre suivant : Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

« Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression. « Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression.

Le sommaire sur le site de l’éditeur.

La recension du Luc Daireaux sur les clionautes

Parution : A. Blum, La Diplomatie de la France en Italie du nord

couverture
La thèse de la regrettée Anna Blum est publiée sous le titre suivant : La Diplomatie de la France en Italie du nord au temps de Richelieu et de Mazarin, Paris, Classiques Garnier, 2014.

« Cet ouvrage présente la politique française en Italie du nord au temps de Richelieu et de Mazarin dans le cadre de la guerre franco-espagnole (1635-1659). L’auteur s’intéresse aussi aux pratiques de la diplomatie, aux réseaux qui permettent l’action politique, au jeu complexe des princes et des princesses. »

La table des matières sur le site de l’éditeur.

Parution : F. Micallef, Un désordre européen

couverture

Fabrice Micallef vient de publier sa thèse sous le titre suivant : Un désordre européen. La compétition internationale autour des « affaires de Provence » (1580-1598), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014.

 » Aux XVIe et XVIIe siècles, l’ordre international européen était parfois menacé par des crises d’origine régionale. Ces désordres venaient des initiatives d’acteurs politiques ordinairement très faibles ou inexistants sur la scène internationale (municipalités, institutions provinciales, seigneurs locaux). Pour résoudre des conflits locaux ou nationaux, ces acteurs n’hésitaient pas à appeler des puissances étrangères à leur secours, dans une logique de solidarités politico-religieuses internationales. Quand l’espace concerné représentait un intérêt stratégique, les enjeux de ces appels scandaleux se collectivisaient, jusqu’à impliquer un grand nombre d’acteurs. Les « affaires de Provence » (1589-1598) permettent de comprendre le fonctionnement de ce type de crises. Au plus fort des guerres de Religion en France, les catholiques de Provence appelèrent à leur secours le duc de Savoie, le grand-duc de Toscane, les papes et le roi d’Espagne. Parce que la Provence avait une position stratégique entre Barcelone et Gênes, d’autres puissances intervinrent à leur tour : l’Angleterre, l’Empire ottoman, le duché de Lorraine et la République de Venise. À partir d’une étude minutieuse des événements, ce livre amène de nouveaux éclairages sur la dimension européenne des guerres de Religion. Cette approche permet surtout de mener une réflexion approfondie sur les défis stratégiques, intellectuels et rhétoriques d’une situation vécue à l’époque comme un désordre international, en raison de la marge de manoeuvre subversive acquise par des acteurs ordinairement insignifiants ou faibles. Les « affaires de Provence » contribuent ainsi à renouveler notre compréhension des relations internationales dans l’Europe moderne. »

Le sommaire sur le site de l’éditeur.

La recension de Stéphane Gal dans la RHMC.

Conférence : Contacts, encounters, practices: Ottoman-European diplomacy, 1500-1800

La conférence, organisée par Michael Talbot et Phil McCluskey aura lieu jeudi 24 juin 2014 à St Andrews. Elle réunira de jeunes chercheurs autour des rencontres entre Ottomans et États européens à l’époque moderne. L’objectif est d’examiner ces rencontres sous des angles variés tout en s’intéressant aux sources disponibles et aux aspects méthodologiques.

Le site web de la conférence se trouve ici

CFP : Échanges et transferts entre deux cultures : France et Espagne au temps de Philippe V

Ce colloque international aura lieu les 13-14-15 novembre 2014 à l’Université Bordeaux Montaigne. Il est organisé par le Laboratoire CEMMC- EA 2958 dans le cadre du projet ALFRES (Alliances France Espagne au miroir des sociétés modernes (politique, économie, culture, XVIe-XVIIIe siècles)) en partenariat avec le Centre Roland Mousnier de l’Université Paris-Sorbonne, le CSIPM de l’Universidad Autónoma de Madrid et la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne.

« En 1700, le duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, fut désigné comme le successeur du roi d’Espagne. Il prit ainsi la route vers Madrid en février 1701 afin de rejoindre ses nouveaux royaumes. Ce voyage qui le conduisit vers la frontière franco-espagnole des Pyrénées ne constituait pas une nouveauté. Les différentes unions entre les princes français et espagnols au cours des XVIe et XVIIe siècles ont contribué à faire de l’ancienne Aquitaine une voie et un espace naturel d’échange entre les deux pays. Si ces voyages princiers méritent à eux seuls d’être analysés dans leur dimension locale, c’est-à-dire comment ils furent vécus et interprétés par les sociétés d’alors, ils invitent également à s’interroger plus largement sur les transferts culturels, politiques et sociaux, auxquels ils ont donné lieu.

Ces unions matrimoniales offraient, par exemple, l’occasion d’introduire des nouveautés, des usages culturels et des pratiques sociales d’un autre pays. Dans le cas du duc d’Anjou, devenu Philippe V en 1700, il a longtemps été admis que son règne jusqu’au milieu du XVIIIe siècle fut marqué par de nombreuses innovations politiques, administratives et culturelles. Si cette conception a pu être largement nuancée par l’apport des historiens espagnols et français, cette analyse mérite aujourd’hui d’être poursuivie. En effet, il apparaît opportun de diffuser les acquis d’une recherche dont les interrogations demeurent nombreuses. Il serait ainsi pertinent de s’interroger au cours de ce colloque sur les relations entre la France et l’Espagne de la première moitié du XVIIIe siècle et sur les conséquences à long terme de l’avènement de Philippe V à la couronne d’Espagne. »

Télécharger l’appel à communication complet ici. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 1er mai 2014.

Colloque : Kings & Queens 3: Entourage

The Royal Studies Network organise la troisième conférence Kings & Queens du 11 au 13 juillet prochain à l’Université de Winchester. Le thème retenu cette année est « Entourage councilors, cousins, courtiers & competitors ». Une petite place est réservée à la diplomatie avec le panel 7B intitulé « Ambassadors and Diplomacy in the Sixteenth Century ».

Le programme est disponible ici et la page d’accueil des conférences Kings & Queens se trouve ici.

Parution : L. Bourquin, P. Hamon, A. Hugon, Y. Lagadec, La politique par les armes

Laurent Bourquin, Philippe Hamon, Alain Hugon et Yves Lagadec viennent de publier La politique par les armes. Conflits internationaux et politisation (15e-19e s.) (Rennes, PUR, 2014).

Il s’agit du troisième volet d’une réflexion sur la politisation après Laurent Bourquin et Philippe Hamon (dir.) La Politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge (Rennes, PUR, 2010) et Laurent Bourquin, Philippe Hamon, Pierre Karila-Cohen et Cédric Michon (dir.), S’exprimer en temps de troubles. Conflits, opinions et politisation du Moyen Âge au début du XXe siècle (Rennes, PUR, 2011).

« Cet ouvrage – issu d’un colloque qui s’est tenu à Rennes 2 en novembre 2010, dans le cadre du programme ANR CONFLIPOL – étudie comment les conflits internationaux ont favorisé l’émergence de nouveaux rapports au politique. Pour cela, l’examen sur la longue durée de terrains variés (de l’Angleterre à Venise, de la Saxe à l’Espagne) permet d’évaluer la construction progressive du politique au cours de guerres étrangères, de guerres civiles aux implications internationales et d’occupations militaires. »

La table des matières est disponible ici.

Colloque : La Paix en Europe. Temps de paix, aires de paix, en Europe de l’an Mil à nos jours

Les 11e journées de l’histoire de l’Europe, organisées par l’Université Paris-Sorbonne, l’Association des historiens et l’Université Panthéon-Sorbonne, auront lieu le vendredi 31 janvier et le samedi 1er février 2014 au Centre Malesherbes-Sorbonne à Paris.

Le 11e Salon européen du Livre d’Histoire se tiendra pendant les Journées et le Prix du Livre d’Histoire de l’Europe sera remis lors des Journées.

Vous trouverez le programme ici.

Colloque : Les traités d’Utrecht. Lumières et ténèbres de la paix. La résistance des Catalans

Ce colloque se tiendra à Barcelone entre le 9 et le 12 avril 2014. Il est organisé par l’Institut Universitaire d’Histoire Jaume Vicens Vives (UPF) et le Musée d’Histoire de la Catalogne, avec le soutien de la Mairie de Barcelone et de l’Institut de Recherches sur les Civilisations de l’Occident Moderne de l’Université Paris-Sorbonne. Il comptera avec la participation de plusieurs spécialistes internationaux.

Le programme ici.

Colloque : Couronne royale : colloque international autour du 300e anniversaire de l’accession de la Maison de Savoie au trône royal de Sicile

Les actes du colloque tenu à Annecy les 12 et 13 avril 2013, réunis par Laurent Périllat, sont parus, coédités par l’Académie salésienne et le laboratoire LLS de l’université de Savoie.

En voici le texte de présentation : « Signé le 11 avril 1713, le traité d’Utrecht met fin à la longue guerre de Succession d’Espagne et permet le retour de la paix en Europe. Il donne également au duc de Savoie, Victor-Amédée II, une couronne royale, tant convoitée par ses prédécesseurs. Le voici enfin souverain d’un royaume, prestigieux et riche : celui de Sicile. L’Académie salésienne a voulu marquer l’anniversaire de cet événement important dans l’histoire des États de Savoie, de l’Italie et de l’Europe, en organisant un colloque sur ce thème à Annecy les 12 et 13 avril 2013. Le présent ouvrage rassemble les contributions de chercheurs français et italiens réunis lors de cette manifestation. Ils apportent un point de vue neuf en traitant divers aspects de la question : affrontements militaires et diplomatiques, dimensions économiques, représentations symboliques, matières religieuses, vie de cour, personnalité du duc-roi. Autant d’éclairages originaux qui contribuent à mieux connaître la Savoie au début du XVIIIe siècle. »

La table des matières

Le colloque en podcast