Archives pour la catégorie Billets

Parution : S. Andretta, S. Péquignot, J. C. Waquet (dir.), De l’ambassadeur

couvertureStefano Andretta, Stéphane Péquignot et Jean-Claude Waquet viennent de diriger, De l’ambassadeur : les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen âge au début du XIXe siècle, Rome, École française de Rome, 2015.

« Consacré aux écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier, ce livre suit au fil d’une vingtaine d’études le long et multiforme travail d’élaboration auquel la figure de l’ambassadeur et l’art de la négociation ont donné lieu, de la genèse de nouvelles formes d’organisation politique à la fin du Moyen Âge jusqu’à l’émergence de la profession diplomatique à la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle. Certains des textes examinés, comme les traités de legatis ou le Guide de Martens, présentent une dimension théorique ou pédagogique. D’autres sont des écrits littéraires, des instruments juridiques ou des actes de la pratique où se lit, de façon plus ou moins incidente, une réflexion sur les envoyés diplomatiques et l’art qu’ils mettaient en œuvre. Qu’ils aient été composés pour accréditer une fonction, défendre des privilèges, forger des modèles de comportement ou transmettre à de futurs praticiens les leçons de l’expérience, ces textes montrent comment, des docteurs médiévaux aux professeurs du XIXe siècle, en passant par les humanistes et les négociateurs du Grand Siècle, la figure de l’ambassadeur et les règles de son art ont été sans cesse construites et reconstruites. Aussi, à travers l’étude de ce vaste corpus, ce livre invite à un parcours dans les savoirs de la diplomatie, de l’ambaxiator médiéval aux lendemains du Congrès de Vienne. »

Vous trouverez l’introduction ici et la table des matières ici.

Parution M. Brétéché, Les compagnons de Mercure

couverture
Marion Brétéché vient de publier sa thèse sous le titre suivant : Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

« Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression. « Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression.

Le sommaire sur le site de l’éditeur.

La recension du Luc Daireaux sur les clionautes

Parution : M. Gellard, Une reine épistolaire

Matthieu Gellard vient de publier sa thèse :  Une reine épistolaire – Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis chez Classiques Garnier.

« Ce livre s’intéresse à l’action politique de Catherine de Médicis et pose la question de la place de la reine mère auprès de ses fils et de ses moyens d’action. Il examine la manière dont la prise de décision politique ou diplomatique est modelée par l’échange épistolaire. »

Vous trouverez la table des matières ici.

La recension de Fadi El Hage dans Lectures.

Parution : J. Rule, B. Trotter, A World of Paper

Untitled-16John Rule and Ben Trotter publient leur livre :  A World of Paper. Louis XIV, Colbert de Torcy, and the Rise of the Information State, London, Ithaca 2014.

Ce livre apparaît après le décès de John Rule, grand spécialiste des relations internationes à  l’époque moderne. Il s’agit d’une analyse approfondie de la génèse de la bureaucratie de Louis XIV, qui s’intéresse en particulier aux relations extérieures.

Vous trouverez la table des matières sur le site de l’éditeur.

Séminaire : Source et méthode de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale

S. Péquignot donne cette année un séminaire sur le thème “Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale”. Les séances auront lieu le mercredi de 11 heures à 13 heures et le jeudi de 14 heures à 16 heures, toutes les deux semaines.

Le premier volet du séminaire (séances du mercredi) sera consacré à l’étude des traités passés par les rois d’Aragon avec leurs voisins, notamment les rois de France et les monarques de la péninsule Ibérique, entre le XIIIe siècle et le XVe siècle. La prochaine séance aura lieu le mercredi 5 novembre de 11 heures à 13 heures (Bâtiment Le France, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 121).

Lors des séances du jeudi, deux thèmes seront successivement envisagés. Il s’agira tout d’abord de poursuivre une enquête sur la notion de « Principat de Catalogne » et ses usages au XVe siècle, puis de présenter de nouvelles recherches sur le royaume de Majorque dans le premier tiers du XIVe siècle. La prochaine séance aura lieu le jeudi 6 novembre de 14 heures à 16 heures (en Sorbonne, salle H 637, quatrième étage, accessible par l’escalier U, depuis la galerie Claude Bernard).

Le séminaire est ouvert à tous.

 

Calendrier annuel des séances :

Séances du mercredi, de 11h à13h [étude des traités] : 22 octobre, 5 et 19 novembre, 3 et 17 décembre 2014 ; 14 et 28 janvier, 11 février, 11 et 25 mars, 8 avril, 13 et 27 mai 2015 [bâtiment Le France, 190 avenue de France, salle 121]

Séances du jeudi, de 14h à 16 h [étude du Principat de Catalogne ; recherches sur le royaume de Majorque] : 23 octobre, 6 et 20 novembre, 4 et 18 décembre 2014 ; 15 et 29 janvier, 12 février, 12 et 26 mars, 9 avril, 14 et 28 mai 2015 [Sorbonne, salle H637, 4ème étage, escalier U par la galerie Claude Bernard]

Contact : stephane.pequignot(at)ephe.sorbonne.fr

http://www.ephe.sorbonne.fr/details/1902-sources-et-methodes-de-lhistoire-des-relations-internationales-dans-leurope-medievale.html

 

Parution : A. Blum, La Diplomatie de la France en Italie du nord

couverture
La thèse de la regrettée Anna Blum est publiée sous le titre suivant : La Diplomatie de la France en Italie du nord au temps de Richelieu et de Mazarin, Paris, Classiques Garnier, 2014.

« Cet ouvrage présente la politique française en Italie du nord au temps de Richelieu et de Mazarin dans le cadre de la guerre franco-espagnole (1635-1659). L’auteur s’intéresse aussi aux pratiques de la diplomatie, aux réseaux qui permettent l’action politique, au jeu complexe des princes et des princesses. »

La table des matières sur le site de l’éditeur.