Archives du mot-clé France

Parution : J. C. Speeckaert, Dominique de Lesseps

couverture

Jean-Charles Speeckaert vient de publier Dominique de Lesseps. Un diplomate français à Bruxelles au temps du renversement des alliances (1752-1765), Bruxelles, Éditions de l’Académie royale de Belgique, 2016 (préface de Hervé Hasquin).

« En 1752, Dominique de Lesseps est envoyé par Louis XV comme ministre chargé d’affaires à Bruxelles, dans les Pays-Bas autrichiens. À travers sa mission, ce sont les relations entre le royaume de France et son voisin du nord qui se laissent entrevoir à un moment essentiel de leur histoire. Lesseps arrive après la guerre de Succession d’Autriche, lorsque Marie-Thérèse, conseillée par le chancelier Kaunitz, amorce un rapprochement secret avec Louis XV. En 1756, un traité scelle l’alliance sans précédent de ces ennemis héréditaires, les Habsbourg et les Bourbons. Cette révolution diplomatique est marquée par un conflit mondial et meurtrier : la guerre de Sept ans (1756-1763).

Dans ce contexte délicat, ce livre retrace l’action du ministre de France à la Cour du gouverneur Charles de Lorraine. »

Conférence : Vladimir Chichkine à Reims le 19 octobre

À l’occasion de la sortie prochaine, aux Éditions Droz, d’un ouvrage consacré au cardinal de Lorraine (fondateur de l’Université de Reims) sous la direction de Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif, le Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC-EA 2616) et le Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) organisent une conférence de Vladimir Chichkine, de l’Université d’État de Saint-Pétersbourg, sur « Les relations entre la cour de France et les princes allemands pendant les guerres de Religion, d’après les archives conservées à Saint-Pétersbourg ».

Le Professeur Vladimir Chichkine est un spécialiste de l’histoire politique et sociale de la France des xvie et xviie siècles, et tout particulièrement de l’apport des sources épistolaires. Bon connaisseur des collections Dubrovsky et Lamoignon-Stroganoff, qui rassemblent à Saint-Pétersbourg et Moscou de nombreux documents d’archives en provenance de France, il incarne aujourd’hui l’apport de la recherche russe à l’histoire des guerres de Religion en France et en Europe.

La conférence sera suivie d’une discussion, avec la participation de Serge Brunet, Professeur d’Histoire moderne à l’Université
Paul-Valéry-Montpellier 3, qui mène actuellement des recherches dans les archives russes sur les affrontements religieux français.

Cette conférence aura lieu le lundi 19 octobre à 14h30, salle du Conseil, au 2ème étage du Bâtiment 17, sur le Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, 57 rue Pierre Taittinger à Reims (plan du campus).

Parution M. Brétéché, Les compagnons de Mercure

couverture
Marion Brétéché vient de publier sa thèse sous le titre suivant : Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

« Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression. « Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression.

Le sommaire sur le site de l’éditeur.

La recension du Luc Daireaux sur les clionautes

Séminaire : Source et méthode de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale

S. Péquignot donne cette année un séminaire sur le thème “Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale”. Les séances auront lieu le mercredi de 11 heures à 13 heures et le jeudi de 14 heures à 16 heures, toutes les deux semaines.

Le premier volet du séminaire (séances du mercredi) sera consacré à l’étude des traités passés par les rois d’Aragon avec leurs voisins, notamment les rois de France et les monarques de la péninsule Ibérique, entre le XIIIe siècle et le XVe siècle. La prochaine séance aura lieu le mercredi 5 novembre de 11 heures à 13 heures (Bâtiment Le France, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 121).

Lors des séances du jeudi, deux thèmes seront successivement envisagés. Il s’agira tout d’abord de poursuivre une enquête sur la notion de « Principat de Catalogne » et ses usages au XVe siècle, puis de présenter de nouvelles recherches sur le royaume de Majorque dans le premier tiers du XIVe siècle. La prochaine séance aura lieu le jeudi 6 novembre de 14 heures à 16 heures (en Sorbonne, salle H 637, quatrième étage, accessible par l’escalier U, depuis la galerie Claude Bernard).

Le séminaire est ouvert à tous.

 

Calendrier annuel des séances :

Séances du mercredi, de 11h à13h [étude des traités] : 22 octobre, 5 et 19 novembre, 3 et 17 décembre 2014 ; 14 et 28 janvier, 11 février, 11 et 25 mars, 8 avril, 13 et 27 mai 2015 [bâtiment Le France, 190 avenue de France, salle 121]

Séances du jeudi, de 14h à 16 h [étude du Principat de Catalogne ; recherches sur le royaume de Majorque] : 23 octobre, 6 et 20 novembre, 4 et 18 décembre 2014 ; 15 et 29 janvier, 12 février, 12 et 26 mars, 9 avril, 14 et 28 mai 2015 [Sorbonne, salle H637, 4ème étage, escalier U par la galerie Claude Bernard]

Contact : stephane.pequignot(at)ephe.sorbonne.fr

http://www.ephe.sorbonne.fr/details/1902-sources-et-methodes-de-lhistoire-des-relations-internationales-dans-leurope-medievale.html

 

Parution : E. Schnakenbourg, Entre la guerre et la paix

Éric Schnakenbourg vient de publier son nouveau livre Entre la guerre et la paix. Neutralité et relations internationales, XVIIe-XVIIIe siècles.

« La neutralité est pratiquée par le Danemark et la Suède puis des Provinces Unies dans les conflits opposant la France à l’Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles. Entendue comme un véritable choix de politique étrangère, la neutralité s’impose comme une question centrale dans le champ des relations internationales à la faveur du développement des échanges commerciaux et de la radicalisation des pratiques de guerre. Elle est une réalité complexe qui peut être étudiée en considérant le point de vue de différents acteurs : le diplomate, le négociant, le philosophe et le juriste. »

Vous trouvez la table des matières ici.

Séminaire: Histoire des relations internationales au Moyen Âge

S. Péquignot donne cette année un séminaire sur le thème « Sources et méthodes de l’histoire des relations internationales dans l’Europe médiévale ». Il aura lieu le jeudi à partir du 7 novembre, de 14 à 16 heures à la Sorbonne, salle H637 (4e étage, escalier U, accesible depuis la galérie Claude Bernard.

Voici les thèmes:

« Trois thèmes seront successivement envisagés cette année. Une première partie du séminaire sera consacrée aux espions médiévaux, plus particulièrement à des dossiers concernant le Sud de la France et la péninsule Ibérique. Dans un deuxième temps, on prolongera les réflexions engagées l’année dernière sur la « guerre civile catalane (1462-1472) » avec une enquête sur la genèse de la notion de Principat de Catalogne et la transformation de ses usages durant le conflit. Les dernières séances reviendront à la lumière de documents inédits sur les enjeux internes d’une importante querelle successorale, le « temps de la désobéissance » dans le royaume de Majorque (1324-1326). »

Parution : J. F. Labourdette, Charles IX et la puissance espagnole

Jean-François Labourdette vient de publier Charles IX et la puissance espagnole. Diplomatie et guerres civiles (1563-1574), Paris, Champion, Bibliothèque d’histoire moderne et contemporaine, 2013, 720 pages, 125€.

Voici le résumé de l’ouvrage : « Le règne de Charles IX correspond aux débuts meurtriers des guerres de religion. La mémoire de ce souverain est de ce fait voilée par une légende noire. L’écriture récente de l’histoire dessine l’image plus exacte d’un souverain poursuivant un idéal de concorde et de paix civile. Grâce à la lecture des centaines de lettres de Charles IX, dispersées dans plus de quatre-vingt volumes manuscrits de la Bibliothèque nationale , J.-Fr. Labourdette fait découvrir les lignes politiques suivies par ce prince en face de la puissance espagnole. »

La table des matières