Archives du mot-clé Louis XIV

Parution M. Brétéché, Les compagnons de Mercure

couverture
Marion Brétéché vient de publier sa thèse sous le titre suivant : Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

« Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression. « Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression.

Le sommaire sur le site de l’éditeur.

La recension du Luc Daireaux sur les clionautes

Parution : J. Rule, B. Trotter, A World of Paper

Untitled-16John Rule and Ben Trotter publient leur livre :  A World of Paper. Louis XIV, Colbert de Torcy, and the Rise of the Information State, London, Ithaca 2014.

Ce livre apparaît après le décès de John Rule, grand spécialiste des relations internationes à  l’époque moderne. Il s’agit d’une analyse approfondie de la génèse de la bureaucratie de Louis XIV, qui s’intéresse en particulier aux relations extérieures.

Vous trouverez la table des matières sur le site de l’éditeur.

Parution : S. Rameix, Justifier la guerre

1394611892Solange Rameix publie Justifier la guerre. Censure et propagande dans l’Europe du XVIIe siècle (France-Angleterre), Rennes, PUR 2014.

« Le discours sur la guerre s’avère une véritable matrice politique qui interroge le pacte entre le monarque et ses sujets. Il contribue ainsi à redéfinir les cultures politiques des pays belligérants. L’analyse comparée de la France de Louis XIV et de l’Angleterre des lendemains de la Glorieuse Révolution montre comment les princes tentent de contrôler le discours sur les guerres contemporaines. Ce contrôle est loin d’être accepté à une époque où l’espace public offre aux sujets plus de possibilités de s’exprimer et où l’information circule à travers toute l’Europe. »

La table des matières est disponible ici.

Colloque : Les traités d’Utrecht. Lumières et ténèbres de la paix. La résistance des Catalans

Ce colloque se tiendra à Barcelone entre le 9 et le 12 avril 2014. Il est organisé par l’Institut Universitaire d’Histoire Jaume Vicens Vives (UPF) et le Musée d’Histoire de la Catalogne, avec le soutien de la Mairie de Barcelone et de l’Institut de Recherches sur les Civilisations de l’Occident Moderne de l’Université Paris-Sorbonne. Il comptera avec la participation de plusieurs spécialistes internationaux.

Le programme ici.

CFP : Comparaison européenne des villes de congrès : la Paix de Baden (1714).

C. Windler organise l’année prochaine un colloque international sur les villes de congrès.  Voici quelques thèmes possibles:

  • les pratiques religieuses dans les villes de congrès
  • l’histoire quotidienne des villes de congrès (par exemple les tavernes, les bains etc.)
  • le choix des différentes villes
  • le statut juridique des villes (neutralité etc.)

Les langues du colloque sont l’allemand, le français et l’anglais. La date limite pour les propositions est le 20 décembre 2013.

Voilà le CFP en allemand.

Colloque : Couronne royale : colloque international autour du 300e anniversaire de l’accession de la Maison de Savoie au trône royal de Sicile

Les actes du colloque tenu à Annecy les 12 et 13 avril 2013, réunis par Laurent Périllat, sont parus, coédités par l’Académie salésienne et le laboratoire LLS de l’université de Savoie.

En voici le texte de présentation : « Signé le 11 avril 1713, le traité d’Utrecht met fin à la longue guerre de Succession d’Espagne et permet le retour de la paix en Europe. Il donne également au duc de Savoie, Victor-Amédée II, une couronne royale, tant convoitée par ses prédécesseurs. Le voici enfin souverain d’un royaume, prestigieux et riche : celui de Sicile. L’Académie salésienne a voulu marquer l’anniversaire de cet événement important dans l’histoire des États de Savoie, de l’Italie et de l’Europe, en organisant un colloque sur ce thème à Annecy les 12 et 13 avril 2013. Le présent ouvrage rassemble les contributions de chercheurs français et italiens réunis lors de cette manifestation. Ils apportent un point de vue neuf en traitant divers aspects de la question : affrontements militaires et diplomatiques, dimensions économiques, représentations symboliques, matières religieuses, vie de cour, personnalité du duc-roi. Autant d’éclairages originaux qui contribuent à mieux connaître la Savoie au début du XVIIIe siècle. »

La table des matières

Le colloque en podcast

Parution : Peace was made here. The Treaties of Utrecht, Rastatt and Baden

Le catalogue accompagnant l’exposition « Peace was made here. The Treaties of Utrecht, Rastatt and Baden 1713/14-2013/14 » vient d’apparaître. L’exposition a eu lieu à Utrecht, et sera présenté à Madrid, à Rastatt et à Baden.

Centraal Museum, Utrecht | 11.4. bis 22.9.2013
www.centraalmuseum.nl

Fundación Carlos de Amberes, Madrid
26.11.2013 bis 23.2.2014 | www.fcamberes.org

Wehrgeschichtliches Museum, Rastatt
6.3. bis 15.6.2014 | www.wgm-rastatt.de

Historisches Museum, Baden
7.9.2014 bis 1.3.2015 | www.museum.baden.ch

La table des matières ici.

 

Colloque : Une paix pour l’Europe et le monde, Utrecht 1713

« Après de longues négociations, des traités de paix sont signés à Utrecht le 11 avril 1713, suivis d’autres accords, en particulier à Rastatt et à Baden en 1714. Cette paix générale met un terme à un conflit européen qui durait depuis 1701 et a eu des répercussions mondiales, la guerre de Succession d’Espagne. Le tricentenaire de la paix d’Utrecht donne l’occasion de proposer une relecture des traités de 1713-1714.

Ce colloque international cherche à voir comment, après les traités de Westphalie de 1648, s’impose en Europe le modèle du congrès diplomatique qui prépare de grandes recompositions géopolitiques pour établir la paix. Le congrès reste une confrontation maîtrisée où se mesurent des rapports de force. Cela permet d’étudier les pratiques de la négociation qui s’appuient sur la sociabilité des élites et qui utilisent toutes les formes de la communication symbolique pour accompagner la pacification.

Le congrès d’Utrecht intègre discrètement les questions économiques, commerciales et coloniales. Nous proposons d’étudier l’intégration des réalités mondiales dans le discours et la pratique diplomatiques, ce que nous pouvons désigner comme diplomatie-monde car la guerre et la paix touchent les domaines coloniaux des pays européens. Une question émerge comme particulièrement importante pour la négociation à la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, c’est celle qui s’intéresse à la traite des Noirs à travers la question de l’asiento, la fourniture en esclaves des colonies espagnoles.

Grâce à la paix d’Utrecht, cette réunion se propose de considérer aussi les fondements d’une culture de paix. Le monde diplomatique a besoin d’information et une circulaon des nouvelles favorise l’émergence d’une opinion publique internationale. Une large réflexion s’élabore aussi pour fortifier le nouvel ordre mondial. Enfin la paix se construit comme événement historique. Nous aborderons donc la célébration et la postérité de la paix d’Utrecht. »

Le programme.

Parution : L. Bély, Les Secrets de Louis XIV

Lucien Bély vient de publier Les Secrets de Louis XIV. Mystères d’État et pouvoir absolu, Paris, Tallandier, 2013.

« Louis XIV s’est employé à cacher les ombres de son règne car il avait le goût du secret et l’art de la dissi­mulation. En accord avec la culture européenne de son temps, il chercha à protéger les mystères de l’État, afin de donner à la monarchie, au nom de son pouvoir absolu, des moyens plus étendus et plus efficaces, même s’ils furent parfois douteux.

Derrière la gloire flamboyante, ce livre nous révèle la face cachée du soleil car l’éclat du règne est entretenu au moyen d’outils bien peu héroïques. «Justice» du roi qui ne s’embar­rasse pas de procédure et prépare dans les coulisses ses coups de maître, usage immodéré de la lettre de cachet, manipulation de dossiers politiques (Fouquet), promulgation brutale de textes répressifs (révocation de l’édit de Nantes), courriers cryptés avec des agents étrangers, vastes réseaux de surveillance et d’espionnage, amours cachées (à côté des amours publiques), mariage secret (avec Mme de Maintenon), accord secret avec Charles II d’Angleterre, traités pour le partage du monde, enlèvement de suspects et même d’un patriarche arménien à Constantinople… La liste des affaires ténébreuses et des manipulations est longue. En voici pour la première fois la terrible chronique. »

Le site de l’éditeur

Feuilleter les premières pages du livre sur amazon

La table des matières