Archives du mot-clé Parution

Parution M. Brétéché, Les compagnons de Mercure

couverture
Marion Brétéché vient de publier sa thèse sous le titre suivant : Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2015.

« Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression. « Quel autre pays, écrivait Descartes, où l’on puisse jouir d’une liberté si entière ? » Dans l’Europe intolérante du xviie siècle, la Hollande fait figure d’exception. C’est là, précisément, qu’est né, à la fin des années 1680, le journalisme politique d’analyse et d’opinion.
Afin de rendre compte de l’« art de gouverner et de policer les États » (Furetière), afin de révéler au grand jour ce que les autorités politiques cachent ou taisent, comment des hommes et une femme sont-ils parvenus à faire de l’actualité leur profession ? Pour répondre à cette question, Marion Brétéché reconstitue toutes les dimensions de l’activité d’une douzaine de professionnels de l’information et explore les conditions d’apparition dans les Provinces-Unies de la première presse politique, libre et critique, en langue française. Car tous ces journalistes venus chercher refuge à Amsterdam ou à La Haye étaient pour la plupart des exilés huguenots, contraints de quitter le royaume de Louis XIV au moment de la Révocation de l’édit de Nantes (1685). Devenus auteurs en Hollande, ils furent aussi des informateurs au service des puissants : ils nous permettent de saisir dans leur diversité l’inventivité des pratiques manuscrites et imprimées de publication des nouvelles dans les années 1680-1720, au tournant du Grand Siècle et du Siècle des Lumières.
En dessinant le portrait de ces premiers journalistes qui inventèrent une nouvelle forme d’histoire du temps présent européen, cet ouvrage retrace la rencontre entre un marché de l’information en plein essor, toujours plus avide de nouvelles fraîches, et les politiques de communication des gouvernements, partagés entre la publicité de leur action et les arcana imperii, les « mystères de l’État » nécessaires à l’exercice du pouvoir. À la croisée de l’histoire sociale du journalisme et de l’histoire politique des médias, est retracé ici un épisode aussi essentiel que méconnu de l’histoire de l’information, qui manifeste déjà la tension entre contrainte et autonomie, entre censure et liberté d’expression.

Le sommaire sur le site de l’éditeur.

La recension du Luc Daireaux sur les clionautes

Parution : R. Allinson, A Monarchy of Letters

Rayne Allinson publie, A Monarchy of Letters: Royal Correspondence and English Diplomacy in the Reign of Elizabeth I, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012.

« Queen Elizabeth I (1533-1603) sent more letters into more distant kingdoms than any English monarch had before, and her exchanges with an ever-growing number of rulers reveal how shifting conceptions of sovereignty were made manifest on paper. This book examines Elizabeth’s correspondence with several significant rulers, analyzing how her letters were constructed, drafted and presented, the rhetorical strategies used, and the role these letters played in facilitating diplomatic relations. Elizabeth’s letters did more than authorize diplomatic action abroad: in most cases they reflected, and sometimes even influenced, the direction of foreign policy. »

Le site de l’éditeur

Feuilleter les premières pages du livre sur amazon

La recension d’Estelle Paranque

La recension de Guillaume Coatalen

Parution : L. Bély, Les Secrets de Louis XIV

Lucien Bély vient de publier Les Secrets de Louis XIV. Mystères d’État et pouvoir absolu, Paris, Tallandier, 2013.

« Louis XIV s’est employé à cacher les ombres de son règne car il avait le goût du secret et l’art de la dissi­mulation. En accord avec la culture européenne de son temps, il chercha à protéger les mystères de l’État, afin de donner à la monarchie, au nom de son pouvoir absolu, des moyens plus étendus et plus efficaces, même s’ils furent parfois douteux.

Derrière la gloire flamboyante, ce livre nous révèle la face cachée du soleil car l’éclat du règne est entretenu au moyen d’outils bien peu héroïques. «Justice» du roi qui ne s’embar­rasse pas de procédure et prépare dans les coulisses ses coups de maître, usage immodéré de la lettre de cachet, manipulation de dossiers politiques (Fouquet), promulgation brutale de textes répressifs (révocation de l’édit de Nantes), courriers cryptés avec des agents étrangers, vastes réseaux de surveillance et d’espionnage, amours cachées (à côté des amours publiques), mariage secret (avec Mme de Maintenon), accord secret avec Charles II d’Angleterre, traités pour le partage du monde, enlèvement de suspects et même d’un patriarche arménien à Constantinople… La liste des affaires ténébreuses et des manipulations est longue. En voici pour la première fois la terrible chronique. »

Le site de l’éditeur

Feuilleter les premières pages du livre sur amazon

La table des matières

Parution : J. F. Labourdette, Charles IX et la puissance espagnole

Jean-François Labourdette vient de publier Charles IX et la puissance espagnole. Diplomatie et guerres civiles (1563-1574), Paris, Champion, Bibliothèque d’histoire moderne et contemporaine, 2013, 720 pages, 125€.

Voici le résumé de l’ouvrage : « Le règne de Charles IX correspond aux débuts meurtriers des guerres de religion. La mémoire de ce souverain est de ce fait voilée par une légende noire. L’écriture récente de l’histoire dessine l’image plus exacte d’un souverain poursuivant un idéal de concorde et de paix civile. Grâce à la lecture des centaines de lettres de Charles IX, dispersées dans plus de quatre-vingt volumes manuscrits de la Bibliothèque nationale , J.-Fr. Labourdette fait découvrir les lignes politiques suivies par ce prince en face de la puissance espagnole. »

La table des matières

 

Parution : H. Duchhardt et M. Espenhorst (dir.), Utrecht – Rastatt – Baden 1712–1714

Suite  au colloque international de Baden (Suisse), H. Duchhardt et M. Espenhorst publient un volume sur les traités d’Utrecht, de Rastatt et de Baden (1712-14) qui sont actuellement au centre des commémorations historiques.

La table des matières sur le site de l’éditeur

Feuilleter les premières pages du livre sur amazon

Parution : C. Bastian, Verhandeln in Briefen

C. Bastian vient de publier sa thèse : « Verhandeln in Briefen. Frauen in der höfischen Diplomatie des frühen 18. Jahrhunderts » (Négocier par lettres. Les femmes dans la diplomatie des cours au début du XVIIIe siècle). Elle analyse la correspondance entre Madame de Maintenon et la princesse des Ursins durant la Guerre de Succession d’Espagne.

L’étude démontre l’importance des canaux informels dans la négociation et l’influence des acteurs officieux dans la diplomatie internationale. Les deux femmes étaient conscientes que leur correspondance était lue par plusieurs personnes. Leurs échanges épistolaires peuvent ainsi être considérés comme un moyen de propager certains jugements à la cour.

La correspondance est envisagée dans une triple perspective : premièrement les objets traités, puis le choix des mots et les formulations et enfin l’intégration dans les pratiques des discours de l’époque.

Bastian s’inscrit avec sa thèse dans un courant historiographique très présent dans les pays germanophones, qui combine d’une manière fructueuse les approches de la micro-histoire, de l’histoire du patronage et l’histoire culturelle du politique.

Cette lecture s’avère très enrichissante pour les historiens intéressés par les questions de politique extérieure moderne et de la correspondance.

Le site de l’éditeur

La table des matières